La 5G Est-elle Dangereuse Pour La Santé ?

C’est en tout cas ce qu’il ressort de l’étude de l’ANFR effectuée dans trois configurations différentes : Avec un niveau de champ électrique sans trafic, avec un niveau de champ électrique maximal lorsque l’antenne émet en continu à pleine charge dans une direction donnée, et avec un niveau de champ électrique reçu lors de l’envoi d’un fichier de 1 Go dans une direction donnée. Dans le 3ème cas de figure, il est de 1,6 V/m. Dans ce classement, les ondes électromagnétiques, sont classées dans la catégorie des agents peut-être cancérogènes pour l’homme, au même titre que les fumées de moteur et le fioul mais aussi… Certaines personnes sont en effet contraintes de vivre recluses, le plus éloignées possible de la moindre source d’ondes électromagnétiques, dans ce qu’on appelle des zones blanches, c’est-à-dire non desservies par un réseau mobile ou Internet. Car effet thermique n’est pas forcément synonyme d’effet sanitaire, c’est-à-dire qu’il ne met en cause la santé des personnes.

5g Tous les spécialistes qui sont amenés à se prononcer sur les effets sanitaires de la 5G sont d’accord sur un point : ce n’est tant les ondes de la 5G qui représentent un danger pour la santé, mais plutôt les smartphones. Dans les années à venir, mais pas avant 2023, la 5G utilisera la bande de fréquences des 26 GHz, celles des ondes millimétriques. De son côté, Yves Le Dréan, chercheur à l’Irset, estime qu’à 3,5 GHz, « on est très proches des ondes qui sont actuellement utilisées par le WiFi ». Olivier Merckel, de l’ANSES, est encore plus précis : « À partir de 10 GHz, l’énergie électromagnétique ne pénètre pratiquement plus dans le corps ». En effet, plus les fréquences sont élevées, moins les ondes pénètrent profondément dans le corps. De l’avis de nombreux spécialistes, ce n’est pas tant les ondes de la 5G ou de la 4G qui représentent un danger pour la santé, mais plutôt le téléphone mobile.

Le DAS tête (lorsque nous avons le téléphone porté à l’oreille) et le DAS tronc (lorsque l’appareil est dans notre manteau ou dans un sac à main) est limité à 2 W/kg (Watt par kilogramme). La différence de niveaux d’exposition entre un téléphone mobile, une personne et les antennes relais, est très élevée, de l’ordre de cent ou mille fois plus élevé pour le téléphone mobile. Elles ont obtenu des résultats 50 à 1.000 fois inférieurs aux seuils réglementaires. Dans l’attente de résultats de l’ANSES, l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) a remis, en septembre, un premier rapport au gouvernement sur l’impact sanitaire de la 5G. Il conclut à une « absence d’effets sanitaires spécifiques à la 5G », en dessous des valeurs limites d’exposition. Le 10 avril 2020, l’ANFR a émis un rapport sur l’exposition aux ondes électromagnétiques avec la 5G. Cette étude a été faite avec des mesures réalisées sur la bande de fréquences dédiée à la 5G : celle des 3,5 GHz.

READ  5G : Tout Comprendre Au Réseau Mobile Du Futur En 10 Questions

Donc, non seulement il sera possible de se soustraire aux ondes de la 5G, mais en plus, à quantité de data égale, la 5G émettra moins d’ondes que la 4G. Pour faire simple, la hausse de notre niveau d’exposition aux ondes est une fatalité si on consomme toujours plus d’internet mobile. C’est pour ça, pour éviter ces phénomènes d’échauffement, qu’il y a des normes drastiques avec des seuils d’exposition aux ondes à ne pas dépasser. Mais, sur ce point, là encore, Isabelle Lagroye se montre rassurante : « Dans la mesure où l’exposition reste en deçà des limites autorisées, cet effet (l’échauffement des tissus, Ndr) ne devrait pas être observé. Toutes les études rigoureuses effectuées dans ces conditions n’ont suggéré aucun effet pour la santé ». Voilà pourquoi vous pouvez chauffer le corps humain avec ces ondes. Cette norme sert de référence pour quantifier l’énergie transportée par les ondes radioélectriques absorbées localement par le corps humain. À noter que cette limite d’exposition du grand public est 50 fois inférieure aux niveaux d’émission des ondes à partir desquels des effets sur la santé peuvent commencer à se faire sentir, selon l’OMS.

Il date même de septembre 2017, quand plus de 180 scientifiques et médecins de 37 pays ont demandé pour la première fois un moratoire sur le déploiement de la 5G, « jusqu’à ce que des études d’impact sanitaires et environnementales sérieuses et indépendantes aient été réalisées préalablement à toute mise sur le marché ». En fait, leur dangerosité dépend de leur fréquence : plus la fréquence est élevée, plus l’onde transporte d’énergie et plus elle est dangereuse pour la 5G, car elle est plus profondément absorbée par les tissus. En revanche, elle démontre qu’avec la 5G, le niveau d’exposition aux ondes est, certes, un tout petit plus important qu’en 4G, mais, surtout, qu’il reste très largement en dessous du seuil légal inscrit dans la loi française sur la base des recommandations de l’OMS. Les ultraviolets comptent aussi parmi les ondes ionisantes. Car les ondes ont pour propriété d’agiter les molécules d’eau, et donc de les échauffer.

  • Appels Illimités
  • De privilégier et de mettre en place des télécommunications filaires plutôt que sans-fil
  • Dimensions : 157,9 x 74,7 x 8,5 mm
  • Quels forfaits 5G
READ  SFR Présente Ses Nouveaux Forfaits Mobiles 5G

5g La 5G va mécaniquement faire augmenter le niveau d’exposition aux ondes. Il faut plutôt faire confiance aux autorités de régulation et aux agences spécialisés. En clair, il y a près de 10 ans, l’OMS concluait que le risque existe mais qu’il n’a pas encore été prouvé et il faut donc continuer à mener des études sur le sujet, ce que n’ont pas manqué les agences de sécurité sanitaires du monde entier. Ce qui fait à Yves Le Dréan, chercheur à l’Irset, qui mène justement des études sur cette bande de fréquences : « À court terme, il n’y a aucun risque ». Au moins à court terme. Mais, à quantité égale de data, la 5G émettra moins d’ondes que la 4G et fera diminuer les risques liés aux rayonnements. Il faut aussi rester attentifs aux recherches scientifiques en la matière. Les dangers de l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquences « ont déjà été démontrées ».

1